Eco et Business › L'Eco en +

Haut-Katanga : la FEC réclame la mise à l’écart des structures privées du poste-frontière de Kasumbalesa

Une vue de Kasumbalesa (archives). Photo skyscrapercity.com

La fédération des entreprises du Congo (FEC) préconise comme solution à ce qu’il qualifie de multiplicité des taxes à cette frontière, l’instauration du guichet unique intégral.

La fédération des entreprises du Congo (FEC) demande au gouvernement central de revoir la taxation de l’entrée des véhicules au niveau du post-frontalier de Kasumbalesa en mettant à l’écart les structures privées qui opèrent à ce poste de péage.

Dans une déclaration faite mardi à Radio Okapi, le président de la FEC dans le  Grand  Katanga Eric Monga, accuse sans les citer des structures privées qui opèrent dans ce poste d’être à l’origine de la hausse de la taxation des marchandises et véhicules qui entrent en RDC à partir de cette frontière.

«On devrait payer 100USD par camion : 86 USD pour l’institution qui gère ce poste et 14 USD pour la TVA. Mais le fait nouveau avec ces services est que vous ne payez plus par camion, mais vous payez par déclaration de chaque marchandise transportée. Or un camion peut ramener entre dix à vingt marchandises. Ce qui fait que par camion, vous atteignez 1400 USD de taxe » se plaint M. Monga.


Il préconise comme solution à ce qu’il qualifie de multiplicité des taxes à cette frontière, l’instauration du guichet unique intégral pour réduire les services à ce poste et obtenir la baisse de la taxation de l’entrée des véhicules à partir de Kasumbalesa.

Il fait remarquer que la population subit de plein fouet cette hausse de taxation car, précise-t-il, elle pousse les opérateurs économiques à augmenter les prix de leurs articles pour rentrer dans leurs frais.

À LA UNE
Retour en haut