Politique › Actualité

Le Front Commun pour le Congo (FCC) est lancé par le président Kabila

Joseph Kabila lance sa coalition

Les membres de l’opposition au sein du gouvernement et la Majorité présidentielle (MP) ont annoncé ce jeudi 7 juin 2018 la formation d’une plateforme électorale dénommée “Front commun pour le Congo (FCC)”, en vue d’une “large victoire aux élections”.

Un Front Commun pour le Congo a été porté sur les fonts baptismaux en RDC. Il s’agit d’une méga plate-forme électorale qui réunit la Majorité présidentielle et les membres de l’opposition qui siègent au gouvernement. La charte de cette coalition a été adoptée au cours du conseil des ministres dirigé jeudi 7 juin par le président Joseph Kabila dans son domaine privé de Kingakati, dans la périphérie de Kinshasa. Cette charte sera signée dans les prochains jours. Le FCC se veut un rassemblement des patriotes qui pensent RDC avant tout. Pour le ministre de la Communication, ces membres du FCC devront aussi apporter « leur soutien à une candidature unique à l’élection présidentielle ». Adoptée au cours de la même réunion, la charte du Front Commun pour le Congo prône « l’identité et l’autonomie » des membres de la coalition, mais ceux-ci restent « soumis à la discipline du groupe ».

Cette coalition, entre une frange de l’opposition et le pouvoir, est placée sous l’autorité du président Joseph Kabila. “C’est un méga-regroupement politique qui fédère toutes les plateformes des opposants au sein du gouvernement et de la Majorité. L’objectif est de soutenir Joseph Kabila et le candidat qui sera présenté par le pouvoir”, déclare une source de l’opposition au gouvernement. Toutefois, les deux parties se sont convenues de garder leur appartenance politique (opposition et Majorité). Le Front Commun pour le Congo est une initiative du président Kabila. Le chef de l’Etat en est aussi l’autorité morale, selon le porte-parole du gouvernement. Autre précision de Lambert Mende Omalanga, c’est sur la base d’un programme commun que « les membres de cette grande coalition politique et électorale participeront à la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux au prochain scrutin ».

Les opposants qui siègent au gouvernement Tshibala et les autres composantes de la Majorité Présidentielle se retrouvent tous dans cette méga plate-forme électorale ; laquelle, a dit le porte-parole du gouvernement, reste ouverte à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la société civile. Pour les radicaux de l’opposition, « il s’agit tout simplement de l’élargissement de la famille politique du président Kabila ».

 

À LA UNE
Retour en haut