Politique › Actualité

Ensemble dénonce des “meurtres et harcèlements”

Parti de l'opposition en RDC

La plateforme “Ensemble” a déclaré ce lundi 4 juin 2018, que certains de ses membres seraient victimes d’assassinat et de tentatives d’enlèvements.

Pierre Lumbi Okongo, le vice-président d’Ensemble, qui a fait cette déclaration, a notamment cité les cas du député (MSR/G7) Muhindo Nzangi, et de l’ancien ministre Jean Claude Kibala qui aurait échappé à une tentative d’enlèvement, dans la ville de Bukavu (Sud-Kivu). “Dans la nuit du 2 au 3 mai 2018, aux environs de Kyavinyonge, en territoire de Beni, les grands parents de l’honorable Nzangi Muhindo ont été massacrés par un groupe de personnes habillées en tenue FARDC. Le 20 mai à Bukavu, l’honorable Jean Claude Kibala, coordonnateur d’Ensemble Sud-Kivu a échappé de justesse à une tentative d’enlèvement par des militaires qui se sont ensuite réfugiés dans l’enceinte de l’état-major des FARDC. Le 24 mai 2018 à Bunia, certains responsables d’Ensemble parmi lesquels l’honorable Norbert Ezadri, ont été séquestrés quand ils ont voulu procéder à l’installation locale de la plateforme”, a dénoncé Pierre Lumbi.
Pour l’adjoint de Moïse Katumbi, il s’agit d’un “harcèlement politique, judiciaire, policier et violent”, des membres de l’opposition particulièrement les membres d’Ensemble. Le week-end dernier, le siège du Parti national pour la démocratie et le développement (PND) de Salomon Idi Kalonda Della, conseiller principal de Katumbi, a été attaqué à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Une matinée politique prévue le dimanche 3 juin 2018 par le parti a été interdite, à Kinshasa.

 



 

À LA UNE
Retour en haut