› Santé

Ebola : le vaccin déjà disponibles

La directrice régionale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, Dr Matshidiso R. Moeti, a annoncé ce dimanche 13 mai 2018 que 4.000 doses de vaccin pour lutter contre l’épidémie d’Ebola était déjà disponibles.

« Nous travaillons sur le déploiement des matériels notamment la chaine de froid qui pourra être déployée d’ici à demain. Le début de la vaccination dépendra du déploiement des matériels, nous y travaillons. C’est dans nos priorités », a déclaré le Dr Matshidiso R.Moeti.  Le 10 mai dernier, le ministère congolais de la Santé avait annoncé qu’il n’excluait pas l’utilisation du vaccin dans la province de l’Equateur. Le vaccin rVSV EBOV a déjà été validé en RDC depuis 2017. Il avait déjà été expérimenté avec succès en Afrique de l’Ouest. Plusieurs séances de travail avaient été faites dans le sens de la préparation pour les éventuelles prochaines épidémies pour pouvoir être prêt.

Le 9 mai, l’OMS annonçait avoir débloqué 1 million de dollars américains de son Fonds de contingence pour les situations d’urgence afin de soutenir les activités d’intervention au cours de trois prochains mois dans le but d’enrayer la propagation du virus Ebola aux provinces et pays voisins. Des mesures ont même déjà été prises par le gouvernement.  Les passagers en provenance de la RDC sont désormais soumis à un contrôle à l’Aéroport d’Entebbe (Ouganda) pour éviter la propagation de l’épidémie d’Ebola. Le dépistage a débuté au soir du  11 mai 2018  rapportent les médias ougandais citant les sources sanitaires et aéroportuaires.


Ce dimanche 13 mai 2018, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), s’est rendu à Bikoro où l’épidémie a été déclarée. Plutôt dans la matinée, il avait rencontré Joseph Kabila à Kingakati. Arrivé la veille à Kinshasa, Tedros Adhanom Ghebreyesus pour   sa première visite en RDC en tant que directeur général de l’OMS. Il est accompagné d’une forte délégation composée notamment du directeur du Programme de gestion des situations d’urgence de l’OMS, Peter Salama. « Nous sommes très préoccupés et nous nous préparons à tous les scénarios y compris les pires», avait déclaré  Peter Salama, lors d’un point de presse à Genève vendredi dernier.

 

À LA UNE
Retour en haut