Politique › Institutions

Les députés donnent 48h à Minaku pour le payement de leurs indemnités

Aubin Minaku président de assemblée nationale

Les élus du peuple ont lancé lundi 11 juin dernier, un ultimatum au président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, pour que la situation soit rétablie

Les députés nationaux menacent de faire un scandale s’ils n’entrent pas en possession de leurs indemnités le jeudi 14 juin prochain.  Dans une correspondance adressée au président de l’assemblée national, Minako, ces élus donnent 48h au président de l’Assemblée nationale.

Ils ont haussé le ton, « Nous attendons une réponse thérapeutique. Si nous ne sommes pas payés au plus tard le 14 juin 2018, attendez-vous à un scandale lors de la clôture de la session de mars en date du 15 juin 2018 », précise la correspondance.

C’est le 15 juin 2018 que les sénateurs et les députés boucleront la session de mars. Après cette session, les élus du peuple vont regagnent leur circonscription afin de s’occuper de leur avenir politique car certains d’entre eux envisage la course aux échéances électorales du 23 décembre prochain.

Asan Addallah est le président de la société Congo Motors à qui le président de l’assemblée nationale aurait confié la charge de payer ces indemnités. Certains députés souhaitaient avoir les véhicules évalués à 37.500 dollars américain équivalent au montant d’indemnité de sorti de chaque député.

D’après ces députés, il y a bien longtemps qu’ils réclament leurs indemnités de sortie. Malheureusement la société Congo Motors n’a pu résoudre cette situation sans motif valable, alors que le gouvernement qui est un agent payeur des députés avait déjà donné son feu vert.

À LA UNE
Retour en haut