Politique › Actualité

La CENCO salué la décision de Kabila de ne pas brigué un 3è mandat

Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), s’est réjouie de la décision du chef de l’Etat sur la désignation de son dauphin.

Le président de la République a présenté mercredi dernier le secrétaire du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) Ramazani Shadary, comme son successeur à la magistrature suprême du 23 décembre prochain.

« Nous prenons acte du fait qu’un grand pas important a été fait dans le sens du respect de la constitution et de l’accord de la Saint-Sylvestre et la Majorité a présenté un candidat autre que le président de la République », a indiqué l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO.

Par ailleurs, la CENCO insiste sur le manque de consensus sur la machine à voter et la non-application des mesures de décrispation   qui risquent de compromettre la tenue d’une élection crédible.

« Il y a des soucis majeurs qui doivent être pris en compte: le consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter, le fichier électoral avec les enrôlés sans empreintes, surtout la décrispation qui n’est pas encore pris en compte de façon satisfaisante. Si on ne tient pas compte de cela, on risque d’avancer croyant avoir résolu tous les problèmes et arrive à la fin des élections qui vont être contestées dès le lendemain et nous plonger dans la crise », a précisé l’abbé Nshole.

Le secrétaire général de la CNCO, demande par alleurs à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), de respecter son engagement pris notamment d’ « afficher les listes provisoires des enrôlés devant les bureaux ».

D’autres préalables soulevés par certains acteurs politiques notamment Kamerhe, sont le financement et la sécurisation des élections.

À LA UNE
Retour en haut