› Politique

Les catholiques poursuivent la campagne contre Kabila

Les religieux toujours contre un éventuel mandat

La campagne de l’église catholique contre l’éventualité d’un troisième mandat de Joseph Kabila et/ou la révision constitutionnelle se poursuit dans le pays.

Bien que les banderoles placées au Centre Inter-diocésain aient été arrachées par le bourgmestre de la Gombe, d’autres calicots de sensibilisation contre cette éventualité sont présents à certains endroits de la ville. C’est le cas de l’immeuble Marie-Reine de la Paix située sur l’avenue des Huileries toujours dans la commune de la Gombe. Le samedi 2 juin 2018, le bourgmestre de la commune de Gombe, Dolly Makambo, avait arraché de « force » les banderoles qui étaient affichées au siège de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO). C’est le CALCC qui avait demandé de mettre ces banderoles dans le cadre de leur sensibilisation à l’appropriation de l’accord de la Saint-Sylvestre. Et là, curieusement, c’est le bourgmestre qui est venu personnellement avec sa garde pour les enlever. « Ils ont même menacé le gardien qui était là. C’est la désolation, c’est un cas de violation de domicile. Mais si le bourgmestre avait de bonnes raisons pour le faire, il fallait respecter la procédure », avait déclaré l’abbé Donatien N’Shole, secrétaire général de la CENCO.

L’Accord de la Saint-Sylvestre dit ceci : « Les parties prenantes s’engagent à n’entreprendre ni soutenir aucune initiative de révision et de changement de constitution », dit le point 1 du chapitre 2 de l’accord de la Saint-Sylvestre. Le point 2 poursuit : « ainsi, ayant accompli deux mandats, il ne peut donc pas en briguer un troisième ».

À LA UNE
Retour en haut