Eco et Business › L'Eco en +

BIVAC BV prend possession de ses nouveaux locaux à Kinshasa

Le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, a procédé à la coupure du ruban symbolique marquant l’inauguration desdits locaux, situé au 130B de l’avenue Kwango à Gombe.

Afin de mieux coordonner les activités d’exploitation du programme de vérification des importations modernisées intégrant un volet renforcé de contrôle de la conformité des marchandises aux normes congolaises, le bureau de liaison Veritas BIVAC BV en République démocratique du Congo dispose désormais de ses nouveaux locaux, situé au 130B de l’avenue Kwango à Gombe.

Avec son partenaire l’office congolaise de control(OCC), le Bureau Véritas B.I.V.A.C BV veut améliorer la protection des consommateurs, encourager la concurrence loyale, protéger les industries nationales et faciliter le commerce international.

Le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, a procédé, le mercredi 14 février 2018, à la coupure du ruban symbolique marquant l’inauguration de nouveaux des locaux du bureau de Bivac.

Il a rappelé l’obligation du Gouvernement de protéger les consommateurs, assurer la qualité es produits importés ou locaux car, le pourvoir de l’État régalien est d’assurer que tous les produits sont de meilleur qualité. Et BIVAC a cette responsabilité de vérifier la qualité à l’importation pour s’assurer de la qualité et du respect des normes.

L’Administrateur directeur général du bureau de liaison Veritas Bivac BV en RDC, Pierre-Olivier Gobert, a quant à lui, fait savoir que « Cette activité qui est déployée sous le mandat que nous a délivré l’Office congolais de contrôle à la suite d’un appel d’offre international, permet de mettre à la disposition de l’État congolais et des importateurs le réseau et l’expertise du groupe Bureau Veritas, déployé dans plus de 140 pays, sur tous les continents et à travers plus de 1300 bureaux et laboratoires ».

Programme modernisé


En outre, il a ajouté, que ce programme modernisé servira les objectifs d’amélioration de la qualité et de la conformité des produits importés. Mais également de facilitation du commerce par l’approche modulaire des contrôles qu’il comporte. Le programme prévoit enfin un volet de renforcement des capacités, de transmission de connaissances techniques et savoir-faire afin d’assurer une défense du secteur commercial et industriel de la RDC adaptée aux enjeux du commerce international actuel.

« Le projet commun qui nous attend est structurant et ambitieux, mais je peux vous assurer de l’entière disponibilité des équipes et de moi-même pour vous accompagner sans relâche dans vos activités », a rassuré l’administrateur directeur général de Bivac, en présence du directeur général de l’Office congolais de contrôle.

Ce nouveau programme a donc débuté depuis le 1er février 2018 par un contrôle approfondi des produits pharmaceutiques et des produits électriques et électroniques, produits particulièrement sensibles pour leur dangerosité potentielle. Les autres produits d’importation viendront bientôt progressivement s’ajouter dans les prochains mois tout en assurant la communication, la formation et la pédagogie autour de ce programme comme ç’a été le cas avec les industriels, importateurs et exportateurs concernés.

En complément de contrôles déjà effectués auparavant, notamment la vérification de la nature, quantité et du prix des expéditions, les exportateurs seront sollicités pour attester de la conformité de leurs produits. Chaque expédition sera, par ailleurs, soumise à une analyse de risque permettant une approche modulaire en 3 processus de contrôle. Ce, afin d’encourager les exportateurs conformes tout en apportant une attention renforcée sur les expéditions les plus sensibles.

Ce renforcement va se dérouler progressivement sur 2018 par famille de produit, avec trois étapes majeures, à savoir le 1er février (produits électriques, machines et médicaments) ; le 1er mai (matériaux de construction, pièces automobiles, produits alimentaires) ; le 1er août (tout autre produit à l’exception des produits exemptés de vérification avant embarquement).

À LA UNE
Retour en haut