› Société

Armée: Kabila nomme les généraux

Nouvelles nominations dans l'armée.

En République démocratique du Congo (RDC), plusieurs généraux sont promus à des postes de haut rang.

On note par exemple l’arrivée d’un nouveau chef d’état-major, le général Mbala qui était adjoint jusqu’à présent. On retient aussi la nomination du général John Numbi au poste d’inspecteur général de l’armée. L’ancien chef de la police nationale revient ainsi dans les effectifs militaires, après huit ans de suspension. L’ordonnance de sa nomination a été lue, dans la nuit de samedi à ce dimanche 15 juillet, à la télévision nationale.

♦Le lieutenant-général Célestin Mbala nommé à la tête de l’armée

Le président congolais Joseph Kabila a nommé au poste de chef d’état-major général le lieutenant-général Mbala. Il remplace le général Didier Etumba qui devient conseiller militaire du chef de l’Etat.

♦Le général Gabriel Amisi devient chef d’état-major adjoint

Le général Amisi, qui était commandant des forces armées pour la première zone de défense, est promu chef d’état-major adjoint chargé des opérations et du renseignement.

♦Le général Olenga nommé au poste de chargé des missions militaires du président

Le général François Olenga passe lui de la Garde républicaine au poste de chargé des missions militaires du président.

♦Le général Numbi nommé inspecteur général des Forces armées de RDC

Quant au général John Numbi, il a été nommé inspecteur général des Forces armées de la RDC, un poste important qui relève directement du ministre de la Défense. « Il est chargé du contrôle interne ; mieux, du fonctionnement de l’ensemble de l’armée », explique un spécialiste des questions militaires.

Suspendu depuis juin 2010 à cause de sa probable implication dans le double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana – deux défenseurs des droits de l’homme – John Numbi a été réhabilité, il y a quelques mois, par le président Kabila, et reversé dans l’armée, son corps d’origine.

Sa nomination intervient alors que l’affaire Chebeya attend d’être examinée par la justice à Dakar. C’est un officier supérieur de la police nationale congolaise, Paul Mwilambwe, cité dans cette affaire, qui s’est constitué prévenu au Sénégal où il est exilé, depuis.

Apportant des détails troublants, Paul Mwilambwe continue d’affirmer que l’ordre d’exécuter les deux activistes de La Voix des sans voix pour les droits de l’homme avait bel et bien été donné par le général John Numbi, à l’époque numéro un de la police nationale congolaise. Cependant, la justice en RDC n’a pas pu établir la culpabilité du général.

Pour Rostin Manketa, président de la Voix des sans voix, la nomination de John Numbi au poste d’inspecteur de l’armée, revient à promouvoir l’impunité :

♦Trois des officiers visés par des sanctions du Trésor américain

Des promotions importantes pour ces trois officiers réputés proche du chef de l’Etat. Et ce bien qu’ils soient tous les trois visés par des sanctions du Trésor américain depuis fin 2016.

Le général Amisi, le général Numbi et le général Olenga sont en effet accusés par Washington de s’être « engagés dans des actions qui ont sapé le processus démocratique en RDC et réprimé les libertés et droits politiques du peuple congolais » et interdits de séjour aux Etats-Unis.

Nous savons bien qu’il y a eu bel et bien des procédures qui se sont clôturées par des décisions qui n’ont pas fait état de leur culpabilité devant la justice congolaise, alors nous nous demandons où est le problème. Il s’agit d’une conception de la souveraineté d’un Etat. Je pense que les Américains sont jaloux de leur souveraineté. Donc, la carrière d’un officier doit se dérouler normalement et n’a rien à voir avec ce que les milieux de pression ou des milieux d’influence dans un pays étranger pensent ou ne pensent pas de lui, mais de ses capacités, de services qu’il peut ou ne peut pas rendre au pays.

À LA UNE
Retour en haut