› Non classé

40 mineurs détenus à l’Établissement de garde et d’éducation de l’Etat (EGEE)

Tribunal de grande instance de Butembo

En conflit avec la loi sans nourriture à l’Établissement de garde et d’éducation à Beni, les mineurs vivent dans des conditions difficiles suite notamment au manque de nourriture, a-t-on appris ce jeudi 31 mai 2018.

Pascal Okaa, président intérimaire de cette institution à Beni, informe que ces enfants n’ont pas à manger depuis plusieurs semaines. “C’est depuis novembre 2017 que nous ne recevons plus la restauration venue de Goma. Nous avions signifié cela au maire de Beni et c’est en avril qu’un sac de riz et un autre de haricots nous étaient parvenus en provenance de la prison centrale de Kangbayi sur son instruction. Voilà quelques semaines que nous n’avons plus de stock de nourriture parce que celui nous apporté par la MONUSCO est épuisé », confie Pascal Okaa. Au-delà de ce problème, les enfants passent la nuit dans des conditions difficiles et aussi leurs installations hygiéniques sont bouchées. Au cours de la réunion du conseil urbain de sécurité le mercredi 30 mai 2018, les autorités ont lancé un cri d’alarme à l’endroit des organisations humanitaires et aux personnes de bonne volonté afin de venir en aide à ces enfants en conflit avec la loi.
Quarante enfants âgés de 14 à 17 ans sont détenus à l’Établissement de garde et d’éducation de l’Etat situé au quartier résidentiel dans la commune Bungulu. Selon les autorités judiciaires, la plupart sont poursuivis pour viol. Le président du tribunal pour enfants a expliqué la situation qu’il vit là-bas avec ses jeunes. « Par rapport à la rupture de stock de nourriture, nous avons chargé le maire de ville qui se trouve à Goma de faire un plaidoyer auprès des autorités compétentes pour que ce problème soit résolu, mais, entre-temps, nous avons lancé un SOS auprès des ONG et personnes de bonne volonté d’apporter leur assistance à ces enfants”, a déclaré Jean-Claude Batieba, procureur près le tribunal de paix de Beni et porte-parole du comité urbain de sécurité.

 

À LA UNE
Retour en haut